Réaction de l’ASBL à l’E.I.E. (5/8)

2. Comment aménager la rue de Barisart entre le Château d’Alsa et la place Verte pour sécuriser les piétons et les cyclistes ?

Il convient ici de rappeler que le SOL comme la « déclaration environnementale » préconisent :

  • pour les piétons : au moins un accotement de largeur suffisante + éclairage
  • pour les cyclistes : deux bandes cyclables latérales (« déclaration environnementale » page 15)

Par ailleurs, nous considérerons, dans un premier temps la rue de Barisart comme une voie à double sens de circulation, d’abord parce que c’est sa situation actuelle, et ensuite parce que le rapport de synthèse Transitec, qui a débouché sur l’adoption du PCM en 2017, le recommande.

Les normes en vigueur pour les trottoirs:

SPW Mobilité

Principales caractéristiques et observations pour les piétons:

  • le trottoir de droite en descendant vers le centre semblerait le mieux adapté à des aménagements, vu sa largeur.
  • « matériaux en dur » : entre le pied du Château d’Alsa et le pied de la rue Jean-Philippe de Limbourg, aucun revêtement en dur. Ce sont quelque 490 mètres de trottoir qu’il faudrait aménager en « dur » (+ éclairage)
  • séparation avec les autres parties de la voie publique
  • libre de tout obstacle : des arbres bordent la rue de Barisart. En descendant vers le centre, 25 à droite, 34 à gauche. Un certains nombre d’entre eux constitueraient à coup sûr des « obstacles ». Seraient-ils abattus ?
  • Largeur minimum : 1,5 mètre. La valeur 1,2 mètre n’est pas applicable dans ce contexte parce que d’autres obstacles sont présents à moins de 1,5 mètre. On peut d’ailleurs se demander si cette largeur de 1,5 mètre correspondrait à la « largeur suffisante » réclamée dans le SOL. En effet, vu l’espace disponible, il serait difficile d’imaginer l’implantation d’un trottoir de chaque côté de la Rue de Barisart. Ce trottoir devrait donc accueillir des vacanciers en famille ( Papy – baby ) qui circuleraient dans les deux sens. 1,5 mètre, ce n’est pas très confortable ! D’autant qu’à beaucoup d’endroits du tracé, la largeur disponible est supérieure à 1,5 mètre.

Aménager le trottoir de droite, entre le Château d’Alsa et le centre-ville, selon les recommandations exprimées dans le SOL et la « déclaration environnementale » ne paraît pas poser de problèmes insolubles sur le plan technique. Il en va tout autrement sur le plan financier. Quel serait le coût des travaux ? Qui le prendrait en charge ? Quel impact écologique pourrait-on craindre sur l’alignement d’arbres ?

Fin de la cinquième partie