Et VLAN, mais pas complètement dans le mille

Dans cette édition du 7 octobre, VLAN Spa – Theux nous donne la parole en page 6, à notre demande, suite à l’article paru le 23 septembre dans lequel deux des promoteurs du village de vacances faisaient part de leur vision de l’état de la concertation. Cette attitude de l’hebdomadaire est assurément courtoise. Malheureusement, la fin de notre communiqué (sans doute trop long) a été « sucrée »! Et ces dernières lignes omises, sans reproche au rédacteur en chef, nous paraissent importantes. C’est pourquoi nous croyons utile de reproduire ici le texte dans son intégralité. Nous lui avons également apporté quelques retouches cosmétiques pour améliorer sa lisibilité.

Réaction de l’ASBL Un Spa Nature SVP à l’article « Dépôt du permis début 2021 pour Mambaye » signé Océane Gaspar

Des Spadois nous contactent pour exprimer la gamme de sentiments que la lecture de cet article a fait naître chez eux : de l’incrédulité à l’indignation. Pour une raison principale : la profonde mauvaise foi des promoteurs interrogés quand ils expriment leur « volonté » de « dialogue » avec leurs concitoyens.

« C’était une réelle volonté de renouer le contact avec eux (*). »

(*) les riverains

« Et les deux frères ont l’impression que le dialogue s’est recréé entre eux et les riverains ».

Chronologie et honnêteté de ce « dialogue »:

Premier acte: la réunion du 22 juillet spontanément organisée par les promoteurs

Pour accéder à cette réunion du 22 juillet, chaque candidat-participant devait s’inscrire d’avance, par mail, et était invité à communiquer à nouveau cette adresse mail à son entrée dans la salle qui accueillait finalement une bonne soixantaine de personnes.

Un véritable « dialogue » ? Non, le dispositif mis en place y veille : un seul micro pour les soixante participants, tenu à bout de perche par le chargé de communication, qui s’attarde auprès des interlocuteurs mal renseignés, naïfs ou consensuels, et qui évite de revenir vers ceux qui paraissent trop bien informés du dossier. Il faut bien « donner » la parole à tout le monde, n’est-ce pas ?

Un moment embarrassant : Les promoteurs annoncent que le SOL (document qui ouvre la voie à la construction du village de vacances et en précise les lignes directrices) sera approuvé par le Conseil communal du 10 septembre. Les conseillers de l’opposition présents dans la salle avalent de travers : ils ne disposent pas du texte du SOL (ils ne le recevront finalement qu’à la fin août) et l’ordre du jour du Conseil communal en question n’est pas encore établi. Ceci en dit long sur les relations qui unissent promoteurs et majorité communale, mais aussi et surtout sur l’espace réellement réservé à la concertation citoyenne.

En cours de réunion les promoteurs ont pourtant communiqué deux dates auxquelles seraient organisés des ateliers citoyens (11/08 et 08/09). Une des personnes présentes a suggéré que les promoteurs se servent de la liste d’adresses qu’ils avaient pu dresser à l’entrée pour inviter toute l’assemblée. L’un d’entre eux a acquiescé à cette proposition.

Deuxième acte : l’invitation à la réunion du 11 août

Et, en effet, une invitation par mail a bien été lancée par le chargé de communication le 4 août.

« … pour un nombre restreint de personnes, sur inscription préalable (voir modalités plus bas)« , stipule l’invitation. L’accès à la réunion est  donc verrouillé, mais par ces temps de Covid, on peut le comprendre.

Par contre, et malheureusement pour lui, l’auteur de l’invitation a oublié de masquer la liste des destinataires. Et c’est ici que la perversité du processus de « concertation » apparaît au grand jour.

En effet, sont conviées 31 personnes pour la plupart absentes à la réunion du 22 juillet et tout aussi absentes à celle du 11 août. Par contre, aucun des participants ayant posé des questions, ou tenu des propos qui laissaient apparaître scepticisme ou désaccord lors de cette réunion du 22 juillet ne se trouvait invité pour le 11 août. Exit donc les conseillers communaux de l’opposition (sauf 1), exit les citoyens trop inquiets ou trop remuants, exit les président, secrétaire, trésorier, entre autres, de notre ASBL.

Résultat : Ils étaient 10 à prendre part à l’atelier citoyen du 11 août. Dix, à qui les promoteurs ont promis un compte-rendu de la réunion… qu’ils n’ont jamais reçu.

Troisième acte : la réunion du 08/09

Quant à l’atelier citoyen du 8 septembre, un témoin nous parle de 3 citoyens-participants.

60 -> 10 -> 3 ! Et pourtant nous lisons : « Et les deux frères ont l’impression que le dialogue s’est recréé entre eux et les riverains ». Cherchez l’erreur !

Soixante -> dix -> trois ! Les Spadois concernés ou impactés sont-ils bornés au point de ne pas saisir la perche que les promoteurs leur tendaient généreusement, ou assez intelligents pour avoir compris qu’ils n’auraient servi que de couverture à un simulacre de concertation ?

Pour ces sujets, notre ASBL propose une information non aseptisée sur son site : http://unspanaturesvp.be/