« Densité »? Voulez-vous bien vous taire!

La « densité de population », cette notion qui fait tousser les promoteurs et leurs soutiens.

La Déclaration environnementale concernant Mambaye – Hoctaisart adoptée par le conseil communal est catégorique :

Page 22 : Par rapport aux aires touristiques, le calcul des densités est sans objet et non pertinent vu le caractère non permanent et la très grande variabilité dans le temps de l’occupation des unités de résidence proposées en location. Dans ce cas, c’est l’intensité de toutes les emprises bâties qui est le critère le plus pertinent et c’est celui qui a été choisi au niveau du SOL.

Voici un « choix » qui interroge.

Ainsi, dans ce village de vacances, ce ne serait pas les humains mais les « emprises bâties » qui consommeraient de l’eau et de l’électricité. Ce serait les eaux usées et les déjections des « emprises bâties » qu’on évacuerait vers les égouts. Ce serait les « emprises bâties » qui sillonneraient la ville et la région à bord de leur véhicule. Les « emprises bâties » qui promèneraient leur chien, avec ou sans laisse, dans la forêt de Mambaye. Ces cris qui proviendraient de la piscine ? Ceux d’une fraction jeune des « emprises bâties » !

Pourtant, les promoteurs, eux, ont bien fait leurs comptes. De vieux briscards de la chose touristique comme les frères Meauxsoone et un financier de haut vol comme Monsieur Dallemagne n’investissent pas des sommes aussi importantes (1000 lits / 150 maisons équipéess / la voirie / l’égouttage / les parkings / la piscine / l’horeca / les 50 nouveaux emplois…) sans une étude de marché sérieuse. Qui d’ailleurs engagerait des millions et des millions d’euros sur un projet au caractère non permanent et à la très grande variabilité dans le temps de l’occupation des unités de résidence proposées en location ?

Pour preuve, lors de la réunion publique organisée le 22 juillet dernier, Philippe Meauxsoone a annoncé à l’assistance compter sur un taux d’occupation de 60 à 70 %. Soit de 600 à 700 personnes en moyenne. Des personnes ! Des humains, des vacanciers, des clients, des touristes… Pas des fractions d’« emprises bâties  »!

Et cependant, on lit aux pages 4 et 5 de la même Déclaration environnementale : Elle (*) conclut en estimant que c’est un bon projet et situé au bon endroit avec la définition de densités pour la partie résidentielle et d’emprise au sol pour la partie touristique,…

(*) Elle = la CCATM

« Emprise bâtie », « emprise au sol », pourquoi cet entêtement à refuser d’accepter que ce sont des humains qui remplaceraient des humains de week-end en semaine, ou de semaine en week-end, ou de semaine en semaine, et le jour comme la nuit, dans ce village de vacances?  Leurs noms changeraient, la durée de leurs séjours varierait, le taux d’occupation des maisons de vacances, en fonction des saisons,  également. Mais les besoins, eux, demeureraient : chauffage, alimentation en eau, en électricité, ravitaillement, évacuation des eaux usées, des déchets, espace vital, espace de circulation, de parking… pour 650 personnes en moyenne. Et ces besoins s’additionneraient tout naturellement à ceux des résidents permanents des alentours.

Eh bien, ce qui effraie ces théoriciens et ces entrepreneurs, c’est la rigueur de l’arithmétique ! En effet, s’il est impossible d’additionner des résidents d’un lotissement avec des mètres carrés d’« emprise au sol » d’un village de vacances, on peut assez facilement additionner des personnes qui occuperaient simultanément des habitations sur un périmètre donné à titre permanent, d’une part, et à titre éphémère mais constant (*), d’autre part.

(*) constant puisque les 650 personnes évoquées représentent la moyenne des vacanciers attendus

Inventaire de la population envisagée sur la zone Mambaye-Hoctaisart (0,306 km2):

  1. Village de vacances : 650 personnes en moyenne selon les promoteurs (en orange sur la carte)
  2. Classes vertes et stages de vacances : confirmés sur place, au moins dans un premier temps par les promoteurs à la réunion du 22 juillet. Le site d’IDM group mentionne l’existence actuelle de 347 lits. Si le « Pavillon et la « Fermette » disparaissaient au profit des infrastructures du village de vacances, resteraient 164 lits. Pour ne pas charger la barque nous ne tiendrons pas compte de ces 164 lits qui auraient peut-être été délocalisés quand le village de vacances tournerait à plein régime. (en orange également)
  3. Le nouveau lotissement : Ces 100 à 120 logements susceptibles d’accueillir de l’ordre de 350 à 420 nouveaux habitants. (SOL 2019 page 96, non démenti en 2020) Moyenne : 385 personnes. (les zones en grenat au nord du chemin de Mambaye)
  4. Les parcelles reclassées en terrains à bâtir au sud du ruisseau de la Géronstère : premièrement 13 700 m2 dans le Parc de Hoctaisart ; deuxièmement 12 300 m2 appartenant aux promoteurs, mais il convient de noter qu’une partie de cette surface serait dévolue à une « aire végétalisée accessible au public ». Tablons sur 10 000 m2. Soit un total de quelque 23 700 m2 (2,37 ha). Le SOL prévoit dans cette zone de 10 à 14 logements à l’hectare. Moyenne 12. 12 X 2,37= 28 logements, 3 personnes en moyenne par logement, soit 84 nouveaux résidents. (en rose ; jaune pale pour « l’aire végétalisée »)
  5. Les habitants actuels du Parc de Hoctaisart et du chemin de Mambaye : 40 personnes (en rose, plus une habitation en zone grenat à l’est du chemin de Mambaye)
  6. Pour mémoire, une bonne quizaine de lits dans deux villas de vacances appartenant aux promoteurs.

Et c’est ici que ça pique aux yeux : 650 + 385 + 84 + 40 = 1159 personnes vivraient simultanément sur 0,306 km2.

Autrement dit, une densité de 3 788 cohabitant/km2. On comprend encore mieux que le calcul de cette densité réelle n’inspire pas les promoteurs ! Comparons-la aux 3 densités record en Wallonie : Charleroi 1 969,4 habitants/km2, Liège 2 876,1 habitants/km2 et Saint-Nicolas 3 528,1 habitants/km2. (source IWEPS)

Au premier janvier 2020 la densité moyenne en Wallonie est de 215,8 habitants/km2 (source IWEPS). Celle de la commune de Spa (10 149 : 39,85) de 255 habitants/km2. Si on y ajoutait les nouveaux arrivants précités elle passerait à 283 personnes/km2.

Donc, si le projet d’ensemble de la zone Mambaye – Hoctaisart était mené à bien par ses différents promoteurs et soutiens, à terme, le nombre de personnes y vivant serait plus de 13 fois supérieur à la densité moyenne de Spa.

1 figurine représente 100 personnes par kilomètre carré

L’ensemble de la Wallonie

Spa actuellement

Spa avec l’accroissement de la population à Mambaye – Hoctaisart

Liège

La zone Mambaye – Hoctaisart si les projets actuels aboutissaient

Le village de vacances tel qu’envisagé actuellement (taux de remplissage moyen)

Cynisme, méthode Coué ou bourrage de crâne, le SOL qualifie la future zone Mambaye – Hoctaisart d’interface (liaison, transition) entre le centre-ville et le milieu forestier !

C’est tout au contraire une masse de constructions et d’humains que les promoteurs et leurs soutiens voudraient incruster entre la rue de Barisart et la forêt de Mambaye.

Pour les gens et pour le milieu naturel, cet afflux hors de proportion constitue probablement l’aspect le plus nocif du projet. C’est pourquoi les rédacteurs du SOL et de la Déclaration environnementale ont tenté de le camoufler. Il est légitime d’espérer que les élus qui ont approuvé ces textes n’aient pas bien estimé à quelle hérésie démographique et environnementale ils ouvraient la porte. D’espérer aussi qu’ils retrouvent leur lucidité et le sens de la mesure lorsqu’ils auront à se prononcer sur le contenu des futures demandes de permis.