Un simulacre de concertation

Nous sommes heureux de ce premier temps d’échanges qui en appellera d’autres. Notre volonté est en effet de poursuivre dans la voie de la concertation citoyenne (communiqué Facebook des promoteurs du village de vacances suite à la réunion du 22 juillet)

… poursuivre dans la voie de la concertation citoyenne…  Vraiment ?

Pour accéder à cette réunion du 22 juillet, chaque participant (ils étaient une soixantaine) devait s’inscrire d’avance par mail et était invité à communiquer à nouveau son adresse mail à l’entrée.

En cours de réunion les promoteurs ont communiqué deux dates auxquelles seraient organisés des ateliers citoyens (11/08 et 08/09). Une des personnes présentes a suggéré que les promoteurs se servent de la liste d’adresses qu’ils avaient pu dresser à l’entrée pour inviter toutes les personnes ayant pris part à cette première réunion. Un des promoteurs a acquiescé à cette proposition.

Et, en effet, une invitation par mail a bien été lancée.

… pour un nombre restreint de personnes, sur inscription préalable (voir modalités plus bas). L’accès à la réunion est verrouillé.

Ici la « voie » de la concertation citoyenne commence à s’enrouer. Et c’est une grosse bourde du chargé de communication qui le révèle. En effet, il oublie de masquer la liste des destinataires de son invitation.

Sont conviées 31 personnes, dont nous avons bien entendu masqué identités et coordonnées. Sur cette liste figurent une très forte proportion de personnes absentes à la réunion du 22 juillet (et tout aussi absentes à celle du 11 août). Par contre, aucune des personnes ayant posé des questions, ou tenu des propos qui laissaient apparaître scepticisme ou désaccord lors de cette réunion du 22 juillet ne se trouvait invitée pour le 11 août. Exit les conseillers communaux de l’opposition (sauf 1 ), exit les citoyens trop inquiets, exit les président, secrétaire, trésorier, entre autres, de notre ASBL.

Résultat : Ils étaient 10 à prendre part à l’atelier citoyen du 11 août.

Ensuite, c’est l’extinction de « voie »: dix, à qui les promoteurs ont promis un compte-rendu de la réunion… qu’ils n’ont jamais reçu.

Quant à l’atelier citoyen du 8 septembre, un témoin nous parle de 3 citoyens-participants.

60 -> 10 -> 3 ! Et pourtant… Dans le numéro de VLAN du 23 septembre 2020, Océanne Gaspar publie des déclarations récentes des promoteurs et des nouvelles fraîches du projet. Elle écrit : « Et les deux frères ont l’impression que le dialogue s’est recréé entre eux et les riverains ». Lucide, elle ajoute quelques lignes plus bas : « Reste à voir ce qu’il en sera réellement lors des prochaines étapes… »

Soixante -> dix -> trois ! Soit les Spadois concernés ou impactés sont bornés au point de ne pas saisir la perche que les promoteurs leur tendaient généreusement, soit ils sont assez intelligents pour avoir compris qu’ils n’auraient été que les gogos d’un simulacre de concertation.

La réponse à cette question viendra à son heure: au moment où les promoteurs seront légalement tenus de présenter aux citoyens leur projet concret lors d’une Réunion d’Information Préalable (ils l’annoncent pour octobre ou novembre), et surtout au cours de l’Etude d’Incidence qui lui succédera.